Actu du Droit sur iPhone.

Application Iphone actualite du droit

Actualités

Droit Public, Droit Immobilier

Le fait que le bénéficiaire donne à une construction autorisée un usage autre que celui pour lequel le permis de construire a été accordé est sans incidence sur la légalité de ce dernier.


Le Conseil d’État rappelle qu'un permis de construire n'a pas d'autre objet que d'autoriser des constructions conformes aux plans et indications fournis par le pétitionnaire ; que la circonstance que ces plans et indications pourraient ne pas être respectés ou que ces constructions risqueraient d'être ultérieurement transformées ou affectées à un usage non-conforme aux documents et aux règles générales d'urbanisme n'est pas par elle-même, sauf le cas d'éléments établissant l'existence d'une fraude à la date de la délivrance du permis, de nature à affecter la légalité de celui-ci ; que la survenance d'une telle situation après la délivrance du permis peut conduire le juge pénal à faire application des dispositions répressives de l'article L. 480-4 du code de l'urbanisme ; qu'en revanche, elle est dépourvue d'incidence sur la légalité du permis de construire, sans qu'il soit besoin pour le juge administratif de rechercher l'existence d'une fraude.

En l’espèce était contesté le permis de construire d'un bâtiment à usage agricole délivré à un exploitant qui avait présenté sa demande de manière à échapper aux dispositions du règlement sanitaire départemental.




19/07/2012
Rechercher

Suivre

Suivez-nous sur :
Twitter, RSS, iPhone
, Facebook